Partie IV: Les neurones en action!  
 

Objectifs:   

- Démontrer les neurones en action à l'aide d'exemples

> Les neurones en évolution
 
Au cours du développement embryonnaire, le cerveau du futur être humain est en véritable chantier de construction. 250 000 neurones se créent à la seconde! Mais rendu à l’âge de 30 ans, le nombre de neurones dans le cerveau humain baisse dramatiquement à raison de 100 000 par jour! Ne nous affolons pas!  C’est que contrairement aux autres cellules de notre corps, les neurones ne se divisent pas (ne se reproduisent pas). Au lieu de cela, ils modifient continuellement leurs connections, perfectionnant de jour en jour leur réseau. En effet, un bébé de 2 ans, qui a   beaucoup plus de neurones qu’une personne de 40 ans, n’est pas de ce fait plus intelligent! Son cerveau possède trop de neurones et les interconnections entre ceux-ci sont la plupart du temps peu efficaces.  C’est comme si, pour se rendre de Sherbrooke à Montréal, nous passions par New York! Les «autoroutes» dans le cerveau d’un bébé sont donc loin d’être achevées! Le cerveau de la personne de trente ans dont le nombre de neurones diminue continuellement, n’est donc pas moins efficace; au contraire il l’est plus! Les synapses de ses neurones trouvent de nouveaux moyens pour se connecter, et éviter les détours ! C’est là un des beaux exemples des neurones en action: ils sont toujours en évolution!

Mais comment, lors du développement du cerveau, à travers un réseau de 100 milliards de neurones, ces cellules réussissent-elles à trouver leur bonne place? Premièrement, les neurones déménagent jusqu’à ce que leur adresse finale, génétiquement programmée, soit atteinte. Deuxièmement, lorsqu’ils sont arrivés au bon endroit, l ’axone de chacun des neurones envoie un signal d’arrivée, pour  confirmer être rendu à la bonne adresse. En plus, on pense que les boutons synaptiques sont guidés par des mécanismes chimiques d'attraction et de répulsion, avec les dendrites d ’autres neurones. Les boutons synaptiques jouent en fait le rôle de chercheurs de nouvelles connections. Mais après que toutes les connections sont établies et que les neurones sont tous au bon endroit, un autre processus entre en jeu: la mort neuronale. Comme nous le disions plus haut, les autoroutes de neurones sont remplies de détours; il faut passer à la sélection des neurones. 15% à 85% des neurones disparaîtront. Les chercheurs pensent que lorsqu’un neurone établit une connexion non-conforme à un autre neurone, ce dernier refuse de le nourrir. Privé de nourriture, le neurone à l’origine de la connexion fautive meurt.Tous ces phénomènes se déroulent tout le long de la vie de l’être humain. Bien entendu, plusieurs se produisent lors du développement du cerveau embryonnaire mais, puisque le cerveau est continuellement en train de se remodeler, ils surviennent aussi  après la naissance.
 


Les neurones sont constamment en évolution, même après leur création. Leurs synapses se déplacent constamment pour créer de nouvelles connexions pour que le réseau soit encore plus rapide! Aussi, plus on vieillit, moins on a de neurones, car ceux-ci ne se divisent pas. De toute façon, notre cerveau n’en a pas vraiment besoin d’un aussi grand nombre que celui avec lequel on naît; après la mort de certains neurones, les synapses d’autres neurones se reconnectent parfois mieux qu ’avant!


David Laflamme, école secondaire Montcalm, expo-sciences Bell, tous droits réservés.